Blogue de José Brito créé dans le cadre de l’inscription au CLOM - REL2014 : http://rel2014.mooc.ca/ - CC - BY - SA

Accueil > Billets > Queue de poisson

Queue de poisson

samedi 3 mai 2014, par José

J’ai été surpris par la teneur de la rencontre de clôture du #CLOM_REL 2014, elle m’a laissé une impression de fin en queue de poisson. Cette rencontre ne ressemblait pas à un aboutissement mais à une suite de monologues sans perspective.

Dès le départ du CLOM on nous a demandé de travailler sur les enjeux pour la francophonie (voir le dernier paragraphe de la page objectifs). Boucler sur cette première demande aurait permis une mise en perspective : objectif atteint ? Pas atteint ? Quelles propositions vont maintenant être faites à l’OIF, à l’Unesco ? Sur cette même page d’objectifs, deux autres points semblaient devoir donner lieu à une action finale, les points 4 et 5 :

Le point 4 indiquait comme objectif : "Édifier une communauté francophone des ressources éducatives libres qui assurera à la fois une veille stratégique dans le domaine ainsi que l’assurance d’un accroissement renouvelable de la capacité francophone en la matière",
Le point 5 proposait : "Jeter les bases d’une architecture technologique qui permette la croissance organique de la connaissance en matière de REL suivant les champs d’intérêt et les domaines d’application les plus pertinents à la communauté"
La proposition d’Hélène Fournier de donner une suite au CLOM après sa fin officielle me semblait s’inscrire dans l’ojectif numéro 4. Or la visio-conférence n’est pas revenue sur cette question. Nous avons posé la question pendant la séance, Michèle Dreschler a fait sa propre proposition, Hélène Fournier semblait être tentée d’insister, mais cette poursuite n’est pas paru comme allant de soi. C’est un peu à l’arraché qu’il a été convenu que la plate-forme de la sauterelle resterait en place et que l’outil de coordination entre les participants, la lettre quotidienne, serait poursuivie. Qui va le gérer ? Pendant combien de temps ? J’ai la crainte qu’on soit dans la démobilisation.

À titre personnel, je vais poursuivre l’exploration des points que j’ai découverts à cette occasion et qui sont restés comme autant d’objectifs de travail sur la durée. Le clom m’a permis de découvrir des questionnements et des univers qui m’étaient étrangers, que je souhaite approfondir.

À propos de cette plate-forme que j’ai créée avec un logiciel libre (Drupal) j’ai été très très surpris par le jugement exclusivement technique de Stephen Downes, balayant la proposition parce que Drupal est compliqué à administrer et que cet outil nécessite de grosses performances machine. Bon ! J’héberge plusieurs sites basés sur Drupal sur un serveur personnel, à domicile, qui est une machine de bureau Thinkcenter d’IBM, achetée d’occasion il y a 6 ans et qui a donc maintenant un âge canonique et indéterminé. Certes, Drupal est un outil modulaire, très ouvert, bénéficiant d’une très importante communauté libre de contributeurs qui lui apporte une richesse identique à celle des plates-formes de même acabit, Wordpress ou Joomla. Si je l’ai proposée, c’est parce que j’ai remarqué qu’elle disposait de fonctionnalités qui m’apparaissaient comme des réponses appropriées aux différentes critiques qui ont été faites à la multiplicité et à la complexité des entrées proposées pendant le clom.

Cette plate-forme reste ouverte. Je m’engage à l’administrer si d’aucuns souhaitent l’utiliser. Je vais poursuivre avec mon blogue personnel également, sans doute en publiant aux deux endroits pour poursuivre le référencement des billets dans la lettre quotidienne.